27.6.06

O Inferno

Dizia Sartre que o Inferno são os outros.

Que sabia ele?

Nunca encontrei maior Inferno do que dentro de mim.

Falando em retrospectiva...

4 comentários:

Anónimo disse...

loved it

LemeDeLó disse...

Se procurares bem, há sempre um inferno maior ao virar da esquina.
;-)

'Tás bom? Vejo que mudaste de casa. Gosto da decoração. beijinhos para ti.

js disse...

Explicado pelo próprio:
"L'enfer, c'est les autres" a toujours été mal compris. On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c'étaient toujours des rapports infernaux. Or, c'est autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l'autre ne peut-être que l'enfer. Pourquoi? Parce que les autres sont au fond ce qu'il y a de plus important en nous-mêmes pour notre propre connaissance de nous-mêmes. Quand nous pensons sur nous, quand nous essayons de nous connaître, au fond nous usons ses connaissances que les autres ont déjà sur nous. Nous nous jugeons avec les moyens que les autres ont, nous ont donné de nous juger. Quoique je dise sur moi, toujours le jugement d'autrui entre dedans. Ce qui veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d'autrui. Et alors en effet je suis en enfer. Et il existe une quantité de gens dans le monde qui sont en enfer parce qu'ils dépendent trop du jugement d'autrui. Mais cela ne veut nullement dire qu'on ne puisse avoir d'autres rapports avec les autres. Ça marque simplement l'importance capitale de tous les autres pour chacun de nous.

boleia disse...

sabia algumas coisas... mas de nós, sabemos nós mesmos!
Gosto de saber que é em retrospectiva ;)
beijinho